Installation du Seacork

Sommaire

Choix du format

Lames ou plaques
Calculer ses surfaces
Exemple de calcul

La découpe des plaques ou des lames

Les plaques
Les lames courbes

La préparation du support

Le bois
L’acier
L’aluminium
Les bateaux dits « plastiques »

Outillage

Le traçage de l’axe

Dimensions des fournitures

Plaques unies
Plaques rainées

Le choix du format

Lames ou plaques

Il faut surtout penser lames droites ou lames courbes. En effet si vous voulez réaliser le pont d’un voilier ou trawler il vous faudra, pour épouser les courbures de la coque, utiliser des lames. Le standard est de 47mm, d’autres dimensions sont possibles tel le 73mm, le 100mm et le 125mm.

Par contre pour un cockpit de voilier, une Vedette ou un Motor-yacht, envisagez une pose en lames droites, donc par plaques (largeur de lattes similaire).

Calculer ses surfaces

Une forme trapézoïdale ou triangulaire générera plus de perte qu’une forme rectangulaire. Il faudra donc en tenir compte lors du calcul des surfaces.

D’autre part, il ne faudra pas oublier de compter des lames supplémentaires pour effectuer les bordures d’encadrement. Vérifier que le choix de la lame s’adapte à la courbure du bateau.

Pour les pièces de forme particulière elles seront découpées dans une plaque vierge.

Attention à ne pas oublier de rajouter un minimum de 10 cm pour la coupe d’onglet des cadres extérieurs des trappes

Rajouter 5 à 10 % de chutes

Exemple de calcul

Pour plus de facilité un trapèze sera assimilé à un rectangle.

Pour un cockpit, une plage de bain ou une passe avant, prendre en compte la plus grande longueur par la plus grande largeur.

Pour le triangle avant : prendre la profondeur entre le roof et la proue multiplier par la 1/2 largeur au niveau du roof auquel on rajoute de 20 à 30% suivant la courbure du bateau.

   La découpe des plaques ou des lames

 

Les plaques

 

La découpe des plaques ne pose pas de problème particulier si ce n’est sur les passe-avants car l’espace y est restreint.

 La pose des plaques démarre à partir de l’axe central.

 Cependant pour une meilleure compréhension je ne tiendrai pas compte de cela dans les croquis explicatifs.

 

  Fig. 1 : 2 lignes fictives, appelées lignes de coupe, à environ 3 cm des bords extérieurs et intérieurs permettent de pré-découper la plaque.

Fig. 2 : retirerons ces morceaux que nous réutiliserons comme fig. 4 afin de remplir la surface en limitant ainsi les pertes de matière.

    Fig. 3 : Après le collage des plaques prédécoupées, en plaçant une lame par-dessus les plaques coller, en prenant soin
de bien suivre les bords, sans toutefois reporter les défauts de structure, mais en laissant l’épaisseur d’un joint.

 

L’astuce sera de prendre dans une chute de plaque une lame avec les deux rainures attenantes, pour le traçage contre une parois verticale (roof, pavois, caisson, etc….) ou une lame pour des traçages extérieurs.

 

Vérifiez que ce traçage ne présente pas des vagues inesthétiques dû aux irrégularités des parois à l’aide d’une baguette de bois flexible par exemple, il ne nous reste plus qu’à effectuer la découpe le plus proprement possible.

 

Attention l’inclinaison du cutter doit être suffisante pour bien couper le liège sans l’arracher

Fig. 4 : exemple de réutilisation des chutes. Pour les découpes renouveler comme fig. 1 à 3

 

 

Les lames courbes

On commencera, contrairement à une pose par plaques, la pose d’un pont en lames courbe par le bord extérieur.

Après avoir collé la lame de rive en prenant soin de vérifier qu’elle suit une courbe la plus régulière possible, celle-ci ainsi fixer permettra de remplir la surface en maintenant les autres lames encollées à l’aide d’adhésif de masquage.

Attention à bien nettoyer, au fur et à mesure, les remontées de colle dans les rainures qui gênerait lors du calfatage.

Seule la dernière lame sera découpée pour installer la lame de rive intérieure et cela suivant la méthode précédemment expliquée.

Tout d’abord il faut savoir que le support doit être soigneusement préparé. Une surface irrégulière ne manquera pas de se voir avec les lames. D’autre part il faudra tenir compte de la compatibilité entre le support et la colle.

Quels outils avoir pour la pose du Seacork et le traçage de l’axe du navire sont dans un paragraphe à ne pas louper.

Pour ce qui de la découpe du Seacork nous abordons le chapitre le plus intéressant de la pose. Vous y trouverez toutes les informations utiles à la bonne réalisation de votre pont, cockpit, fly-bridge, plage de bain, passerelle, etc….

Une fois la découpe terminée il faut dans les plus brefs délais effectuer le collage. Le Seacork deck est très sensible, avant le collage, à la chaleur et peut perdre quelques millimètres, que l’on peut malgré tout rattraper grâce à son élasticité.

Une fois le collage terminé et un bon nettoyage des traces de colle et saleté dans les rainures il est temps de penser au calfatage des rainures que l’on effectue en général avec un joint noir mais qui a pour défaut d’accumuler la chaleur.

Deux ou trois jours après il est temps de commencer le ponçage. Mais si pour des raisons de climats vous avez effectué la pose en plusieurs secteurs il sera préférable de poncer l’intégralité en une seule fois pour éviter les différences de teinte dû au U.V.

Deux choix s’offre à vous : soit vous le laissez au naturel ou bien vous le traitez avec le produit de finition.

Il faut savoir qu’au naturel ou saturé le Seacork deck se décolorera comme n’importe quel autre bois mais conserve un pouvoir anti-dérapant optimal. Par contre le produit de finition vous facilitera l’entretien.

La préparation du support

Ce paragraphe est très important même si l’on a trop souvent tendance à l’ignorer. En effet toute les surfaces nécessitent un minimum de préparation.

Sur une surface propre et absente de toutes déformations importantes on tiendra compte seulement d’une préparation à l’accrochage du liant.

Le bois: La surface devra être vérifiée afin qu’aucune partie ne soit à court terme à réparer

Si un verni ou peinture anti-dérapante sont présents sur votre bateau il est préférable d’effectuer un ponçage si vous avez le moindre doute de tenu ce celui-ci

L’acier: Comme pour le bois il sera primordial de vérifier l’état du support avant tout autre chose. La structure de ce type de bateau engendre souvent une déformation au niveau des barreaux.

Dans ce cas prévoyez un ré-agréage de la surface (voir un revendeur de résines pour prendre le produit approprié). Dans certain cas il pourra être nécessaire de passer un primer sur ladite surface.

L’aluminium: Idem l’acier.

Les bateaux dit « plastique »: Sur ce type de bateau le minimum nécessaire est d’effectuer un dégraissage, déglaçage avec de l’alcool dénaturé après avoir légèrement poncer la surface à recouvrir en cas de surface très lisse et brillante.

ATTENTION LA QUALITÉ DU RÉSULTAT FINAL DÉPENDRA DE LA PRÉPARATION QUE VOUS AUREZ EFFECTUEE, SI BESOIN EST, DE LA SURFACE A RECOUVRIR.

Outillage

Les outils nécessaires pour la pose du Seacork deck sur les ponts de bateau sont peu nombreux mais très utiles voir indispensables

  • Stylo ou crayon gras
  • Équerre et fausse équerre
  • Cutter de bonne qualité et de preference avec des lames sécables
  • Ponceuse orbitale
  • Papier à poncer grain 50 ou 60 et 80 ou 100
  • Spatule a dent carré 2 à 4 mm pour collage suivant support
  • Règle 1m
  • Baguette de bois souple pour le traçage de courbe
  • Rouleaux d’adhésif de masquage
  • Une petite planche de bois ou c.p.
  • Gants latex jetables

Pour le calfatage

  • Un pistolet a cartouche manuel de bonne qualité, pneumatique ou électrique
  • Un couteau à mastic
  • Gants latex jetable

Pour la finition

  • Une brosse de bonne section
  • Un rouleau pour vernis ou lasure
  • Un bac à peinture
  • Adhésif de masquage
  • Gants latex jetables
  • Et chiffon pour éliminer toute goutte débordante (ne pas laisser secher sur le gelcoat car difficile à enlever apres)

Le traçage de l’axe

Le traçage de l’axe du bateau est le seul traçage indispensable pour la réalisation du pont. En effet c’est lui qui détermine la bonne symétrie de votre pont

Dimensions des fournitures

Livrable en lames de 47, 73, 100, 125 mm x 2 m x 6, 8 ou 12 mm permettant d’épouser les courbures du navire.

Plaques unies (vierge). Pour usage divers (ex : lames grandes largeurs, découpes particulières, petites pièces de cadre, fougère, motif tel : rose des vents etc.)

En plaques de 0.5 m x 1 m x 4 mm

En plaques de 0.5 m x 2 m x 6, 8, 12 mm

Plaques rainées. Largeur des lames : 47, 73, 100, 125 mm.

Plaques pré-calfatées disponible avec les memes dimensions (largeur de lames et épaisseur) mais sur commande spéciale nous pouvons les joindre pour faire des plaques jusqu’à 14 m de long

Possibilités infinies de décors
En plaques de 0.5 m x 2 m x 6, 8, 12 mm

Méthode

  • Utiliser des cartouches buses coupées gros diamètre, perpendiculairement.
  • Tenir le pistolet bien à la verticale et pousser le joint au fur et à mesure de manière à bien remplir les rainures.
  • Étaler le joint à l’aide d’une spatule en prenant soin de bien remplir les rainures. Il est conseillé de retirer les adhésifs de masquage dès le lissage effectué.

Consommation de cette méthode environ 2 cartouches de 290 ml/ m²

Le séchage

Une fois le calfatage terminé, il faudra attendre de 48h à 72h avant le ponçage.

Le Ponçage

Une fois le joint sec à cœur il est possible de le poncer dans les meilleures conditions.

Le temps de séchage dépend de l’hydrométrie et de la température. Plus il fait chaud et humide et plus il sèche vite.

Le ponçage se fait avec une ponceuse orbitale en commençant à l’aide d’un grain de 40 ou 50 et j’utilise un grain de 80 pour la finition mais cela peut également se faire avec un grain de 100.

En ponçage de rénovation il faut commencer avec un grain de 60 et finir avec un grain de 80 ou 100 comme précédemment.

A la suite de cette opération pensez à utiliser le saturateur afin de vous faciliter l’entretien.

Suivant la surface à poncer on utilisera soit la ponceuse à bande*, soit la ponceuse orbitale, ou la ponceuse vibrante.

En effet plus la surface est grande plus on aura intérêt à utiliser la ponceuse à bande*, mais attention à ne jamais stationner au même endroit.

En règle générale, et ce quel que soit le type de grain utilisé, le bras doit toujours être en mouvement, d’avant en arrière, de gauche à droite ou en mouvement circulaire.

Bien évidement on commencera par un grain de 60 sur une surface bien raclée voir au pire du 50 mais ayez le bras léger.

Ne cherchez surtout pas à obtenir un bon résultat avec ce type de grain il ne sert qu’à dégrossir le travail (comme pour la peinture plusieurs passes seront nécessaire pour un bon résultat).

On finira le travail avec la ponceuse orbitale ou vibrante avec un grain de 80.

*Attention la ponceuse à bande est très difficile à tenir quand on est à genoux sur le pont d’un bateau

La finition

Deux types de finition sont possible : naturel ou saturé.

Certains préféreront avoir le produit au naturel. Il faut savoir que le liège comme le bois se décolore superficiellement au soleil et peu avoir même tendance à grisé.

Le produit de finition est un produit d’imprégnation destiné à donner une plus grande facilité à l’entretien. Il permet d’imprégner le Seacork sans lui retirer l’une de ces plus grandes qualités à savoir les propriétés anti-dérapantes naturels du produit.

Le produit de finition donnera au Seacork une couleur naturelle. Il lui permet également de blanchir en douceur en évitant le grésillement. Le produit ne s’écaille pas, ne pèle pas car il n’est pas filmogène.

Avant de passer le produit veillez à bien dépoussiérer le support et qu’il soit exempt de taches. Le mieux est de passer une couche et un 1/4heure plus tard retirer les excédents à l’aide d’un chiffon afin de ne pas créer une surface glissante.

Pour l’entretien on repassera une couche après un ponçage au grain de 80 au bout d’un à deux ou trois ans suivant l’état de votre pont.

Rendement environ 8 à 10m²/l.

Application à la brosse ou au rouleau.

Application entre 5°C et 35°C avec un faible taux d’humidité du support (inférieur à 19%).

Séchage de 24h à 48h.

Nettoyage à l’eau

Quelques questions de nos prospects et nos réponses

Q. Il s’agit d’une plage arrière. Faut-il utiliser des lames ou des plaques ?

R. Sur le plan que vous me présentez il s’agit d’une plage arrière de bains. On utilisera donc des plaques afin de réaliser l’ensemble de la plage, et toujours disposées dans le sens longitudinal du bateau. Pour un travail plus propre on utilisera des lames afin de réaliser un cadre périphérique. Pour d’autres types de plages ayant des angles arrondis, à moyen et grand diamètre, on est obligé de créer des lames au gabarit dans une plaque sans rainures (dite vierge).

Q.  Sur une longueur de X est-il possible de mettre bout à bout en longueur (plaques ou lames) pour obtenir X

R. Pour ce qui est de mettre bout à bout des lames ou des plaques il n’y a aucun problème, car la colle qui sert à coller le Seacork vous permettra également de les abouter. En effet, à chaque jonction dans le sens de la longueur on déposera une quantité suffisante de colle qui devra « dégueuler » au moment du serrage de la deuxième pièce. Celles-ci seront maintenues en pression à l’aide d’adhésif utilisant l’élasticité de celui-ci pour faire un effet de serrage. Par ailleurs il ne faudra pas oublier de bien nettoyer le surplus tombé dans les rainures, mais ne pas à chercher à trop nettoyer l’excédent sur les lames avant le séchage complet.

Informations légales

Conditions de vente

Politique de confidentialité

Contact